Le Monde montre à la Grèce la voie de la réforme

, par Acrimed

Le 25 janvier 2015, Syriza obtenait une victoire historique aux élections législatives grecques. Prônant l’abandon des plans d’austérité et une restructuration de la dette, le nouveau gouvernement n’a pas tardé à entamer des négociations avec ses créanciers européens. Elles se poursuivent aujourd’hui, malgré un accord intermédiaire – et temporaire – obtenu le 20 février.
À l’inflexibilité des institutions et gouvernements européens sur l’application des mesures de rigueur, le gouvernement grec oppose son refus de revenir sur l’ensemble de son programme. Cette confrontation parfois tendue n’a pas manqué de susciter et analyses et commentaires dans la presse… non sans quelques parti-pris, plus ou moins explicites.
Cet article est le premier d’une série qui vise à revenir sur le traitement médiatique de l’actualité des négociations entre la Grèce et ses créanciers. Il est dédié au Monde, et plus précisément à ses éditoriaux sur la situation en Grèce suite à l’élection de Syriza. Ce n’est pas un hasard : comme nous l’évoquions dans un précédent article, le quotidien n’a jamais été en reste pour dénoncer « l’irresponsabilité » de la remise en cause par Syriza des réformes « indispensables » imposées par les créanciers de la Grèce.

http://www.acrimed.org/Le-Monde-montre-a-la-Grece-la-voie-de-la-reforme