Le « chantage grec » s’invite au comptoir d’Yves Calvi

, par Acrimed

Le plateau de l’émission « C dans l’air », diffusée sur France 5, a parfois des airs de vieux bistrot, avec ses habitués – toujours les mêmes –, son taulier affable et plein de bon sens, et ses sempiternelles discussions de café du commerce. L’édition du 22 mai 2012, « Europe, la crise dope les extrêmes », le confirme : dans le rôle des piliers, on retrouve notamment Roland Cayrol, ex-sondeur chez CSA, directeur de recherche au Centre de recherches politiques de Sciences Po (34 participations à l’émission depuis mai 2011), Pascal Perrineau, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po (26 participations) et un petit jeune plein d’avenir, Jérôme Fourquet, ex-diplômé de Sciences Po, sondeur chez Ifop (seulement 8 émissions depuis mai 2011) [1].

Invitée pour témoigner de la situation en Grèce, Alexia Kefalas n’est pas tout à fait une habituée du plateau de « C dans l’air », avec (seulement) 4 émissions depuis mai 2011. Mais son CV joue pour elle : correspondante multicarte pour France 2, France 24, Courrier international et TV5 Monde, et journaliste au Figaro ainsi que pour le « quotidien de référence » grec (dixit Calvi), Kathimerini (journal historiquement conservateur et proche du parti de centre-droit Nouvelle Démocratie [2]), elle fait office de parfaite « représentante » grecque. Le plateau est bouclé : place au débat.

http://www.acrimed.org/Le-chantage-grec-s-invite-au-comptoir-d-Yves-Calvi