Sur BFM TV, la percée « irrationnelle » de Mélenchon et l’« irrespect » de Poutou

, par Vive la crise

Il est minuit et demie environ ce soir de « grand débat » sur BFM TV : c’est l’heure du « débrief », animé par Jean-Baptiste Boursier. Autour de la table, la fine fleur des éditorialistes de BFM TV : Anna Cabana, Camille Langlade, Bruno Jeudy, Thierry Arnaud. La soirée est « historique » dixit la chaîne (c’est la première fois que l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle débattent ensemble). Pourtant la satisfaction est loin d’être partagée sur le plateau : suite au débat, certains « experts » balancent entre indignation et stupéfaction...

L’« irrespect » de Philippe Poutou

Indignation, d’abord. Il est rapidement question de Philippe Poutou, et de ses prises à partie de François Fillon puis de Marine Le Pen sur leurs affaires respectives de détournement de fonds public. Des interventions remarquées et largement acclamées sur les réseaux sociaux...

(extraits des interventions de Philippe Poutou lors du « grand débat »)

Des interventions qui ont, semble-t-il, agacé les « experts » de BFM TV, qui tiennent d’emblée à le faire savoir :

Bruno Jeudy : « Il y a eu quelques coups d’éclats [...] Philippe Poutou est à mon avis un des plus mauvais débatteurs de la soirée »

Anna Cabana : « Il y a eu des agents d’ambiance... Moi non plus je ne trouve pas que Philippe Poutou mérite quelque honneur que ce soit, il s’est quand même conduit de façon très irrespectueuse [...] On peut marquer les esprits, tout en se conduisant de manière irrespectueuse néanmoins... Maintenant, les petits candiats ont fait sourire »

La discussion reprend quelques minutes plus tard plus spécifiquement sur l’intervention de Philippe Poutou, après la diffusion d’un extrait :

Bruno Jeudy : « Sur l’aspect affaires, je n’ai pas grand chose à dire [...] c’est sur son comportement tout au long du débat, à la fois on a l’impression que c’est un candidat qui a un pied dedans un pied dehors, qui va voir ses supporters pendant le débat, qui refuse d’être sur la photo, qui emploie des mots lorsqu’il parle de la police "qui fait chier les jeunes", je trouve que c’est un candidat qui par moment n’a pas le respect pour être candidat à la présidence. »

Thierry Arnaud : « Oui je suis assez d’accord avec Bruno, je n’ai aucun doute que la séquence fasse un carton auprès de nombreux téléspectateurs, qu’elle soit largement reprise sur les réseaux sociaux [...] pour le reste Philippe Poutou ne m’a pas convaincu. »

Anna Cabana : « Je rejoins ce que vient de dire Thierry : Nathalie Arthaud, elle avait de la dignité, une spontanéité, une éloquence, elle était dans son couloir... Philippe Poutou, en revanche, il apostrophait les uns et les autres par leur nom de famille, sans même mettre ni madame, ni monsieur ni un prénom, il s’asseyait derrière son pupitre, se retroussait les manches, se retournait pour parler avec son public, refusait de prendre place sur la photo collective... et au fond à part des invectives [...] Il y a un irrespect dans sa posture de bout en bout, et une forme d’indignité par rapport à la solennité d’un débat présidentiel. »

Bref, Poutou l’ouvrier aurait mieux fait de « rester à sa place » voire « rester dans son couloir ». François Fillon et Marine Le Pen ont beau être accusés de détournements de fonds publics, ils savent se tenir au moins !

Il n’y a guère que Camille Langlade pour apporter un bémol dans l’unanimité qui règne sur le plateau : « Ce qui me gêne dans ce que vous dites, c’est que sans Philippe Poutou, on aurait peut-être eu aucune phrase sur les affaires [...] il n’y a eu que des allusions des autres candidats, et Philippe Poutou, on aime on aime pas, on le trouve irrespectueux, je suis tout à fait d’accord avec vous là-dessus sur cet aspect-là, mais il reste le seul à parler clairement des affaires et attaquer clairement François Fillon là-dessus. »

La percée « irrationnelle » de Mélenchon

Après l’indignation, la stupéfaction. Le plateau n’est pas au bout de ses peines. Quelques minutes plus tard, le traditionnel (et très contestable) sondage des téléspectateurs est présenté par Bernard Sananes d’Elabe. Or c’est Jean-Luc Mélenchon qui est jugé le plus convaincant, avec le second programme le plus convaincant à un point près de celui de Macron.

En réaction à ses résultats, Bruno Jeudy manque de s’étrangler :

« C’est surtout la montée de Jean-Luc Mélenchon, il y a une part d’irrationnalité maintenant dans sa montée, c’est vrai que sur les qualités de débatteur, c’est incontestable que ce soir il est encore le meilleur [...] il a bien choisi ses répliques et ses angles d’attaque, c’était très différent comme stratégie comme quoi c’est vraiment un as dans le débat ; en revanche, c’est vrai que ce qui apparaît comme paradoxal, c’est que son projet maintenant deviendrait presque à l’égal de celui d’Emmanuel Macron, et même devant celui de François Fillon, comme le meilleur projet ! Je pense que beaucoup de français n’ont pas totalement regardé le projet... ou alors la société française est en train de basculer vraiment vers l’envie d’une sixième république, l’envie d’idées assez... mais peut-être, hein, je m’interroge sur cette forme d’irrationnalité qui fait que la forme prend le pas sur le fond. »

Les sympathisants de Jean-Luc Mélenchon apprécieront : leur adhésion serait nécessairement due à une question de forme et aux talents d’orateur du candidat, son programme étant apparemment, sur le fond, incompatible avec la société française...

Bref, c’était le « débrief » de BFM TV... L’ouvrier est tenu de rester à sa place, et les électeurs de rester « réalistes ».

Frédéric Lemaire

PS : En prime, ce commentaire de Luc Ferry qui donne le la du mépris de classe qui s’est exprimé contre Philippe Poutou depuis le débat d’hier :-)